top of page
  • Photo du rédacteurCamille

Comment je suis passée de la dépression à l'entreprenariat ?


Petite fille modèle à l'école, faire mes devoirs, ramener de bonnes notes... aussi longtemps que je me souviennes, cela a été mon quotidien et même en reconversion professionnelle, le sérieux de ma démarche a toujours été là. Lâcher prise, je ne connais pas...

Déléguer, peu pour moi... Assurer, le maître-mot !


Cela m'a amenée en 2019 à une pseudo prise de conscience.


Début 2019, je suis arrêtée par mon médecin et orientée vers un chirurgien car souffrant d'un conflit-sous-acromial (ce fameux bec de perroquet au niveau de l'épaule qui rongeait mes tendons), l'ultime solution était l'opération. Opération en mars, et comme j'avais déjà connu cette expérience pour la première épaule, pour moi 6 mois après, c'était retour au travail ! Ben quoi, le médecin m'avait dit que j'étais parfaitement symétrique, donc ce qui arrive à l'une arrive à l'autre, donc même suite, non ?! Et bien non... forcément... tout n'est pas toujours si blanc ou noir, si rose... ou bleu dans ce monde ! Rendez-vous de reprise avec le médecin du travail qui refuse la reprise : trop de douleurs, capsulite, impossibilité de conduire sur de grands trajets.. J'ai oublié de vous dire : je suis mandataire judiciaire à la protection des majeurs en charge de gestion de patrimoine en association tutélaire.

Posture professionnelle, carriériste pas tellement, mais j'aime mon travaille d'accompagnement et me donne à 200%. Sauf qu'à mon travail, pas de remplacement, et donc 50 personnes sans accompagnement, impossible à concevoir pour moi ! Force de courage, je négocie une reprise en mi-temps thérapeutique !


Du mi-temps à 50%, je passe finalement à 60% pour le bon fonctionnement du service... je ne vous raconte pas comment mon médecin l'a mal pris...Je gère un mois ma charge à 100% en plus du poste de déléguée du personnel que je suis également. Le mois suivant, je bénéficie d'un remplacement pour compléter mon mi-temps thérapeutique et la charge de travail qui commence à s'accumuler : fin d'année rime avec rapports de situation et compte-rendu de gestion. Je forme alors en partie cette personne venue pour me soulager dans mon travail. Ce temps dure un mois avant que je ne puisse plus gérer la charge de travail, la formation, les douleurs, les rendez-vous médicaux de suite, la rééducation ont raison de ma patience... et le 10 décembre 2019, mon mari m'annonce son ultimatum : "c'est moi ou ton travail ?"


Je craque littéralement encore persuadée de pouvoir gérer, refusant même de retourner voir mon médecin pour le prolongement de mon mi-temps thérapeutique. C'est mon mari qui finalement me force à tenir mes engagements et mon rendez-vous venant avec moi voir le médecin pour être sûre que j'assiste au rendez-vous...


Verdict : BURN-OUT !!! Arrêt immédiat et total avec mise sous anti-dépresseurs... la faille s'est ouverte, les vannes sont lâchées et je m'effondre !



Comment on se relève après un burnout ?


J'ai pleuré littéralement pendant 3 bons mois. Bien évidemment je me levais chaque matin pour accompagner mes enfants à l'école... Vous connaissez le système du drive ? J'ai fait exactement la même chose pour éviter de croiser trop de monde. De la même manière, j'ai continué à être la bonne copine qui laisse ses soucis de coté et qui garde le sourire malgré tout... Warrior un jour, warrior toujours ! En revanche, à l'abri des regards, l'énergie n'était plus là et le canapé avec le plaid, ou le lit étaient mes meilleurs endroits de toute la Terre !


Le déclic dans tout ça : quand j'ai pensé que sauter dans la Loire serait tellement apaisant pour mon esprit... Mon mari a pris peur, le médecin a double ma prise d'antidépresseurs, voire aurait voulu tripler pour que j'accepte enfin de lâcher-prise. J'ai choisi d'être accompagnée par une professionnelle et de retrouver mon vrai MOI !


Une copine qui vivait un ras-le-bol professionnel elle aussi...on est nombreux dans le même cas... s'est lancée dans une activité complémentaire et m'a invitée à sa porte-ouverte pour découvrir non seulement sa nouvelle activité mais également ses nouveaux produits de soin chouchous. Autant vous dire que même 5 minutes avant le dit-rendez-vous, j'étais prête à annuler. Même la psychologue qui m'accompagnait à ce moment-là m'a appelée ce jour pour vérifier que je sortais bien de ma caverne !


J'ai été bluffée par les technologies innovantes qu'elle me présentait et après plus de 3 mois sans prendre soin de moi, les résultats ont été plus que visibles. C'est ainsi que j'étais prête à passer commande.


Et puis elle nous a parlé, son auditoire et moi-même, de la possibilité de devenir VDI (Vente directe à domicile). J'en avais déjà fait pour ma propre consommation. Alors je me suis dit pourquoi pas ?! Après tout qu'avais-je à perdre ?

RIEN !

Et oui puisque je consomme les produits au quotidien que je partage, présente, conseille... Tout bénéf et en plus je bénéficie du prix de gros !!!

Clairement au départ, je n'ai pas du tout pensé opportunité financière, je bénéficiais du prix professionnel sans être obligée d'un quelconque résultat, sans être soumise à pression, développer ou non une activité complémentaire. En plus clairement en arrêt, j'avais vraiment d'autre chat à fouetter !


Petit à petit, j'ai connecté des personnes à moi, certaines ont testé les produits, les technologies et sont tombées amoureuses. D'autres ont apprécié aussi cette possibilité de compléter ses revenus et en ces temps de crise, il n'y a pas à dire, les fins de mois dans le rouge, ça parle à beaucoup !

Sans un énorme investissement au vue de la construction d'une société, j'ai eu petit à petit un complément de revenu qui est venu palier ma baisse de revenu en arrêt, mon mari s'est engagé avec moi le temps de cette période de maladie. De ce côté, pas d'amélioration : les douleurs chroniques se sont fortement installées, l'impossibilité de conduire longtemps, la position assise, couchée, debout compliquée... et le moral dans les chaussettes à tel point qu'en novembre 2020, mon médecin sonne l'alerte de l'inaptitude professionnelle ! Coup de massue !


Le plan B qui s'opérait avec le VDI allait devoir devenir un plan A, impossible pour moi de rester sans rien faire, de ne pas pouvoir payer les études de mes enfants... je vous passe la culpabilité, la déception et les nouvelles phases noires que j'ai traversées et que je traverse encore (peut-être aurons-nous la possibilité d'en parler un jour avec plaisir...)


Se retrousser les manches, se faire accompagner par une coach en vie professionnelle dans le cadre de la reconversion professionnelle, avoir la copine pour pousser mon côté rouge à se dévoiler, ne plus attendre et passer de la salariée à l'entrepreneure, la créatrice de sa propre vie et aller de l'avant... telles sont les étapes que je mûris depuis quelques mois, depuis février 2021 exactement.

Aujourd'hui, je suis en procédure de licenciement pour inaptitude (cela dure depuis février 2021... une longue histoire)et cela me demande de l'énergie, des entretiens pour relater ce que je vis depuis 2019, des larmes à n'en plus finir, un vidage interne intensif à chaque entretien, une force pour se relever mais surtout pour être présente pour mes clients, pour mes partenaires qui m'ont rejointe dans cette belle aventure humaine.


Et au moment où je vous écris, j'ai remplacé mon salaire de salarié. Et je ne vais pas m'arrêter là car j'ai des choses à prouver, à me prouver, dont celle d'être à ma place pour permettre à nombre de personnes de s'épanouir chaque jour, à des femmes qu'être wonderwoman, ça n'existe pas, mais que nous avons chacune notre place dans le monde, la société et que vous avez toutes les ressources pour créer la vie que vous voulez pour vous, pour votre entourage, pour vos enfants.

Il m'a fallu toutes ces étapes, cette histoire, ces pleurs, ces déceptions humaines pour réaliser que je devais être là pour moi, non pas en tant que mère, en tant que salariée, en tant qu'épouse, en tant qu'amie, en tant que fille, en tant que nièce ou autre, mais pour mon véritable MOI, prendre soin de MOI, uniquement pour MOI et pour être alignée avec mes véritables valeurs !


Alors soyez VOUS, révélez-VOUS, créez, vivez et libérez-VOUS !




41 vues0 commentaire

Comments


bottom of page